Rosé de saignée

Étonnant, loin des standards de la Champagne, ce rosé interpelle par sa robe, sa richesse aromatique, sa structure tannique, sa vinosité. Par son expression, cette cuvée fait un clin d’oeil aux vins rouges, ce qui ne manquera pas d’intriguer les plus fins connaisseurs des vins de Champagne.

Assemblage
100% pinot Meunier (une seule parcelle de 1959). Sans fermentation malo-lactique, ni filtrage.
Récolte
Vendange 2018.
Vieillissement
Mise en bouteille Mai 2019.
Dosage
Extra brut (4 g/l).
Dégustation

Rosé de saignée

À l’œil

La robe est exceptionnelle. Teintée d’un rubis profond, elle surprend par son intensité et ses reflets bleutés. L’effervescence plutôt calme, vient couronner d’un léger cordon une présentation visuelle riche et appétissante.

Au nez

La première impression olfactive est marquée par de francs arômes de grenadine. L’expression propose ensuite un véritable panier de fruits rouges : cerises confites, framboises macérées, confiture de cassis…La sensation est intense et évolue peu à peu vers des notes florales, comme la rose ou la pivoine.
Avec plus de dix minutes d’aération, le vin reste bien en place et, après avoir perdu de son gaz carbonique, libère des parfums gourmands de bonbons à la cerise et de jeune vin rouge de Bourgogne. Il s’agit d’un nez riche et étonnant, loin du classicisme champenois. L’expression est jeune et pleine de vigueur.

En bouche

L‘attaque en bouche est ferme. L’effervescence, épaulée par une acidité un peu mordante, donne le tempo. Puis rapidement, on est saisi par l’intensité de la structure du vin. Pas trés gras et moyennement dosé en liqueur, le vin va ensuite s’épanouir pour devenir assez corsé à partir de la «mi-bouche». La richesse de l’alcool se manifeste et donne un sentiment fort de vinosité.
La finale est longue (de 5 à 6 secondes de persistance), et dévoile une certaine minéralité. Les arômes de fraises se marient aux tanins pour prolonger le sentiment laissé par la dégustation.